Océanie

Océanie
Carte géopolitique de l'Océanie
Carte géopolitique de l'Océanie
Superficie 8 525 989 km2
Population 42 352 038 hab. (2019)
Densité 5 hab./km2
Pays 16
Dépendances 15
Principales langues Anglais, français, langues océaniennes
Fuseaux horaires UTC-11 (Samoa)
UTC+14 (Kiribati)
Principales villes Sydney, Melbourne, Brisbane, Perth, Adélaïde, Honolulu, Auckland, Wellington, Nouméa, Papeete

L’Océanie est une région du monde qui n'est pas un continent stricto sensu. Cependant, cette région étant souvent assimilée à un continent par les géographes, on peut la considérer comme le moins étendu des continents émergés de la Terre. Située dans l'océan Pacifique, elle s'étend sur 8 525 989 km2 et comprend plus de 50 millions d'habitants (2020), répartis entre seize États indépendants et quinze territoires. Elle englobe toutes les terres situées entre l'Asie et l'Amérique, ainsi qu'une partie de l'archipel malais. Elle est divisée en quatre régions : l'Australasie, la Micronésie, la Mélanésie et la Polynésie[1],[2], bien que cette distinction soit critiquée.

L'Australie comprend l'essentiel de sa surface et de sa population, et, alors que le reste de l'Océanie est un ensemble de 25 000 îles, la terre principale d'Australie est parfois considérée comme une masse continentale à elle seule. La Nouvelle-Zélande et la Nouvelle-Guinée sont les deux autres îles principales d'Océanie. Les territoires composant le reste du continent sont des archipels insulaires indépendants (Fidji, îles Salomon, Samoa, Tonga…) ou des territoires rattachés à d'anciennes puissances coloniales, comme la France (Polynésie française, Nouvelle-Calédonie, Wallis-et-Futuna) ou les États-Unis (Hawaï, Guam, îles Mariannes du Nord, Samoa américaines).

Le continent océanien est peuplé depuis des millénaires par différents groupes ethniques, dont les Aborigènes d'Australie et les Papous. Outre l'anglais et le français, langues dominantes en Océanie depuis la colonisation, les deux principaux groupes linguistiques parlés sont les langues papoues et les langues austronésiennes. Huit des dix plus grandes villes d'Océanie se trouvent en Australie, dont Sydney et Melbourne, qui concentrent à elles seules près d'un quart de la population du continent. Cinq autres villes comptent plus d'un million d'habitants : Brisbane, Perth, Auckland, Adélaïde et Honolulu.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Conrad Malte-Brun a nommé « Océanie » ces terres que l'océan entoure de toutes parts.

Le néologisme français « Océanie » vient du mot océan. En 1804, le géographe français d'origine danoise Conrad Malte-Brun (1775-1826) propose le nom d'« Océanique » pour l'Australasie et la Polynésie de Charles de Brosses, dans son traité de Géographie mathématique, physique et politique publié avec Edme Mentelle[3]. Malte-Brun reprend et réaffirme l'appellation « Terres océaniques » en 1810[4] et 1812[5]. Le nom même d’Océanie est inventé par le cartographe Adrien-Hubert Brué pour la carte qu’il publie en 1814, et dont le titre complet est : « Océanie, ou cinquième partie du monde, comprenant l’archipel d’Asie, l’Australasie et la Polynésie (ou le continent de la Nouvelle Hollande et les îles du Grand Océan) »[6].

Au début du XIXe siècle, l'Australie, qualifiée d'île-continent, est intégrée en tant que partie continentale au vaste ensemble d'îles du Pacifique regroupé sous le terme d'Océanie. Cela est un paradoxe car « continent » vient du latin continere (« tenir ensemble ») et désigne « une très grande masse de terres entourée par des océans » ou « une vaste étendue de terre d'un seul tenant ». Les géographes européens qui ont découpé le monde en cinq parties (Europe - Asie - Afrique - Amérique - Océanie, l'Antarctique étant considérée comme un continent seulement depuis le milieu du XIXe siècle, ce découpage apparaissant aujourd'hui entaché d’européocentrisme[pourquoi ?])[6] faisaient bien la distinction entre les deux termes de « continents » et de « parties du monde », mais le second terme est devenu désuet, si bien que l'usage quasi exclusif du mot « continent » a rendu paradoxal le nom d'Océanie. Les géographes font désormais la confusion entre Océanie comme partie du monde et comme continent, et ont de plus introduit, par l'entremise des géologues, le terme de continent australien[7].

Le genre féminin s'accorde au genre des autres parties (Europe, Afrique…). L'adjectif et le substantif « océanien » apparaissent dès 1845, preuve du succès de cette invention[8]. Les spécialistes de l'Océanie sont appelés océanistes[Note 1].

Généralités[modifier | modifier le code]

Découpages de l'Océanie[modifier | modifier le code]

L'Océanie est généralement décrite comme la région du monde qui se situe entre l'Asie du Sud-Est et l'Amérique du Sud. C'est l'une des raisons pour lesquelles les géographes Benoît Antheaume et Joël Bonnemaison ont décrit l'Océanie et plus généralement le bassin Pacifique comme un « espace gigogne »[9].

« À travers l'évocation de traits significatifs de modernité et de tradition, des relations centre-périphérie à diverses échelles, l'aire du Pacifique apparait en fait comme un espace complexe à structure « gigogne », comme l'ont fort bien exprimé B. Antheaume et J. Bonnemaison, en 1988, dans leur Atlas du Pacifique : au plus large, le Bassin du Pacifique qui couvre 25 millions de km²; puis l'Asie-Pacifique incluant l'Océanie; enfin au cœur du dispositif les 25 000 îles du Pacifique[10]. Évidemment, cette nomenclature demande parfois à être précisée. Ainsi, la Nouvelle-Zélande est-elle la somme de deux grandes îles, mais reste "extérieure" au Pacifique insulaire, tout en accueillant une communauté polynésienne importante; La Papouasie-Nouvelle Guinée émarge, comme l'Australie, à la partie continentale de l'Océanie, mais peut-être incluse dans le Pacifique insulaire puisqu'elle participe, malgré sa masse, à la problématique des îles, au-delà par le fait que ses ressortissants émargent aux traditions mélanésiennes. »

— Évolution géopolitique et stratégique du Pacifique insulaire et de l'Australasie à l'orée du XXIe siècle., J.P Doumenge dans Geostrategiques, avril 2001 – No 4

Image satellite centrée sur l'Océanie.

L'Océanie est traditionnellement découpée en trois zones : Mélanésie (« îles noires »), Micronésie « petites îles » et Polynésie (« nombreuses îles »), issues du découpage de l'Océanie fait par le français Dumont d'Urville en 1831. Ces distinctions reposent sur les stéréotypes raciaux et ethniques du XIXe siècle européen et américain (peau noire versus peau cuivrée ; cheveux « crépus » ou « laineux » versus cheveux « ondulés » ; « cannibale mélanésien » versus « bon sauvage polynésien »…) et sont aujourd'hui dépassés, car non-scientifiques[11] : c'est par tradition que les expressions Polynésie, Micronésie et Mélanésie continuent d'être usitées et conservent dans le langage courant et aux yeux des populations concernées, une certaine valeur identitaire.

Une approche géographique propose le rattachement des Moluques et de la Papouasie occidentale à l'Océanie, ce qui permet d'éviter la division purement politique de la Nouvelle-Guinée entre 2 continents[12].

Dans les années 1970, les linguistes puis géographes proposent de subdiviser dans leurs travaux scientifiques, l'Océanie en « Océanie proche » et « Océanie lointaine »[13] : dans la première, les terres sont toujours en vue en moins d'une journée de navigation, tandis que la seconde est accessible uniquement en navigation hauturière. Néanmoins là encore, ce nouveau découpage, basé sur des éléments d'histoire naturelle (tectonique des plaques) et de navigation, ne fait pas encore l'unanimité.

Sans doute faut-il comprendre l'Océanie avant tout comme un continuum où depuis des siècles et bien avant le passage de premiers Européens, métissages et brassages culturels et linguistiques étaient la règle. Continuum qui n'interdit pas pour autant les ruptures et les isolements, qu'elles soient linguistiques entre langues austronésiennes et non austronésiennes ; géographiques entre le monde insulaire et les ensembles plus importants que représentent l'Australie, la Nouvelle-Zélande, l'île de Nouvelle-Guinée ; historico-linguistiques (issues du découpage colonial) entre une Océanie anglophone et une Océanie francophone, voire hispanophone avec l'île de Pâques ; économiques entre pays développés et des pays en développement ; politiques enfin entre pays indépendants et territoires sous tutelle (avec des statuts intermédiaires comme celui d'État souverain, mais associé à un autre plus puissant)…

Flore[modifier | modifier le code]

Le pays le plus diversifié d'Océanie en termes d'environnement est l'Australie, avec des forêts tropicales humides au nord-est, des chaînes de montagnes au sud-est, au sud-ouest et à l'est, et un désert sec au centre. Les terres désertiques ou semi-arides, communément appelées outback, constituent de loin la plus grande partie des terres. Les hautes terres côtières et une ceinture de prairies de Brigalow se situent entre la côte et les montagnes, tandis qu'à l'intérieur de l'aire de répartition se trouvent de vastes zones de prairies. Le point le plus septentrional de la côte est est la péninsule tropicale du Cap York.

Les principales caractéristiques de la flore australienne sont les adaptations à l'aridité et au feu qui incluent la scléromorphie et la sérotinie. Ces adaptations sont courantes chez les espèces des grandes et bien connues familles des Protéacées (Banksia), des Myrtacées (Eucalyptus - gommiers) et des Fabacées (Acacia - acacia). La flore des Fidji, des îles Salomon, du Vanuatu et de la Nouvelle-Calédonie est une forêt tropicale sèche, avec une végétation tropicale qui comprend des palmiers, Premna protrusa, psydrax odorata, gyrocarpus americanus et derris trifoliata.

Le paysage de la Nouvelle-Zélande va des sons de fjord du sud-ouest aux plages tropicales de l'extrême nord. L'île du Sud est dominée par les Alpes du Sud. Il y a 18 sommets de plus de 3000 mètres (9800 pieds) dans l'île du Sud. Tous les sommets de plus de 2 900 m se trouvent dans les Alpes du Sud, une chaîne qui forme l'épine dorsale de l'île du Sud ; dont le plus haut sommet est Aoraki / Mount Cook, à 3 754 mètres (12 316 pieds). Les tremblements de terre sont fréquents, mais généralement pas graves, avec une moyenne de 3 000 par an. Il existe une grande variété d'arbres indigènes, adaptés à tous les différents microclimats de la Nouvelle-Zélande.

À Hawaï, une plante endémique, Brighamia, nécessite désormais une pollinisation manuelle car son pollinisateur naturel est présumé éteint. Les deux espèces de Brighamia – B. rockii et B. insignis – sont représentées à l'état sauvage par environ 120 plantes individuelles. Pour s'assurer que ces plantes produisent des graines, les biologistes descendent en rappel des falaises de 910 mètres (3 000 pieds) pour brosser le pollen sur leurs stigmates.

Faune[modifier | modifier le code]

Articles principaux: Faune d'Australie, Oiseaux d'Australie, Oiseaux de Nouvelle-Zélande, Faune de Nouvelle-Zélande, Mammifères d'Australie, Liste des oiseaux d'Australie, Liste des oiseaux de Nouvelle-Zélande et Animaux domestiques d'Austronésie Le rouge-gorge du Pacifique habite les îles du sud-ouest du Pacifique.Le martin-pêcheur du Pacifique, qui porte bien son nom, se trouve dans les îles du Pacifique, tout comme le bulbul à évent rouge, l'étourneau polynésien, l'autour des palombes, l'hirondelle du Pacifique et le cardinal myzomela, parmi autres.. Les oiseaux qui se reproduisent à Pitcairn comprennent la sterne fée, le nodule commun et le phaéton à queue rousse. La paruline roseau de Pitcairn, endémique de l'île de Pitcairn, a été ajoutée à la liste des espèces menacées en 2008.

Le corbeau hawaïen est originaire d'Hawaï, qui a disparu à l'état sauvage depuis 2002. Le serpent brun arboricole est originaire des côtes nord et est de l'Australie, de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, de Guam et des îles Salomon.] Originaires d'Australie, de Nouvelle-Guinée et des îles voisines, on trouve des oiseaux de paradis, des méliphages, des grimpants d'Australasie, des rouges-gorges d'Australasie, des martins-pêcheurs, des oiseaux de boucherie et des oiseaux d'arbre.

Une caractéristique unique de la faune australienne est la rareté relative des mammifères placentaires indigènes et la dominance des marsupiaux - un groupe de mammifères qui élèvent leurs petits dans une poche, y compris les macropodes, les opossums et les dasyuromorphes. Les passereaux d'Australie, également connus sous le nom d'oiseaux chanteurs ou d'oiseaux perchoirs, comprennent les troglodytes, le groupe des pies, les épines, les corvidés, les pardalotes, les oiseaux lyre. Les espèces d'oiseaux prédominantes dans le pays comprennent la pie australienne, le corbeau australien, le currawong pie, les pigeons huppés et le kookaburra riant. Le koala, l'émeu, l'ornithorynque et le kangourou sont des animaux nationaux de l'Australie, et le diable de Tasmanie est également l'un des animaux bien connus dans le pays. Le goanna est un lézard prédateur originaire du continent australien.

Les oiseaux de Nouvelle-Zélande ont évolué en une avifaune qui comprenait un grand nombre d'espèces endémiques. En tant qu'archipel insulaire, la Nouvelle-Zélande a accumulé une diversité d'oiseaux et lorsque le capitaine James Cook est arrivé dans les années 1770, il a remarqué que le chant des oiseaux était assourdissant. Le mélange comprend des espèces à la biologie inhabituelle telles que le kakapo qui est le seul perroquet reproducteur nocturne, incapable de voler, mais également de nombreuses espèces similaires aux zones terrestres voisines. Certaines des espèces d'oiseaux les plus connues et distinctives de la Nouvelle-Zélande sont le kiwi, le kea, le takahe, le kakapo, le mohua, le tui et le bellbird. Le tuatara est un reptile notable endémique de la Nouvelle-Zélande.

Climat[modifier | modifier le code]

Les îles du Pacifique sont régies par une forêt tropicale humide et un climat de savane tropicale. Dans le Pacifique tropical et subtropical, l'oscillation australe El Niño (ENSO) affecte les conditions météorologiques. Dans le Pacifique occidental tropical, la mousson et la saison des pluies qui en découle pendant les mois d'été contrastent avec les vents secs en hiver qui soufflent sur l'océan depuis la masse continentale asiatique.] Novembre est le seul mois au cours duquel tous les bassins cycloniques tropicaux sont actifs.

Au sud-ouest de la région, dans la masse continentale australienne, le climat est principalement désertique ou semi-aride, les coins côtiers méridionaux ayant un climat tempéré, comme le climat océanique et subtropical humide sur la côte est et le climat méditerranéen à l'ouest. Les parties nord du pays ont un climat tropical. La neige tombe fréquemment sur les hautes terres près de la côte est, dans les États de Victoria, de Nouvelle-Galles du Sud, de Tasmanie et dans le Territoire de la capitale australienne.

La plupart des régions de Nouvelle-Zélande appartiennent à la zone tempérée à climat maritime (classification climatique de Köppen : Cfb) caractérisée par quatre saisons distinctes. Les conditions varient d'extrêmement humides sur la côte ouest de l'île du Sud à presque semi-arides dans le centre de l'Otago et subtropicales dans le Northland. La neige tombe dans l'île du Sud de la Nouvelle-Zélande et à des altitudes plus élevées dans l'île du Nord. Il est extrêmement rare au niveau de la mer dans l'île du Nord.

Hawaï, bien qu'étant sous les tropiques, connaît de nombreux climats différents, selon la latitude et sa géographie. L'île d'Hawaï, par exemple, abrite 4 groupes climatiques (sur 5 au total) sur une surface aussi petite que 10 430 km2 (4 028 milles carrés) selon les types de climat de Köppen : tropical, aride, tempéré et polaire. Les îles hawaïennes reçoivent la plupart de leurs précipitations pendant les mois d'hiver (d'octobre à avril). Quelques îles du nord-ouest, comme Guam, sont sensibles aux typhons pendant la saison des pluies.

La température la plus élevée enregistrée en Océanie s'est produite à Oodnadatta, en Australie-Méridionale (2 janvier 1960), où la température a atteint 50,7 °C (123,3 °F). La température la plus basse jamais enregistrée en Océanie était de −25,6 °C (−14,1 °F), à Ranfurly dans l'Otago en 1903, avec une température plus récente de −21,6 °C (−6,9 °F) enregistrée en 1995 à proximité d'Ophir. Pohnpei des îles Senyavin en Micronésie est la colonie la plus humide d'Océanie et l'un des endroits les plus humides de la planète, avec des précipitations annuelles enregistrées dépassant 7 600 mm (300 pouces) chaque année dans certains endroits montagneux. Le Big Bog sur l'île de Maui est l'endroit le plus humide, recevant en moyenne 10 271 mm (404,4 pouces) chaque année.

Pays et territoires[modifier | modifier le code]

La liste suivante et la carte qui s'y rapporte, regroupent de la manière la plus exhaustive possible, les différents pays et territoires composant cet espace (lorsque le territoire n'est pas indépendant, le pays dont il dépend est indiqué entre parenthèses). Cette dépendance prend d'ailleurs des degrés très divers selon les territoires, allant d’un territoire ou province totalement intégré, au statut intermédiaire de territoire d’outre-mer ou de pays quasi indépendant, jusqu'à l’indépendance de droit avec une libre association avec un autre par un traité bilatéral de coopération renforcée.

Carte des États, territoires et dépendances d'Océanie selon les limites des zones économiques exclusives (200 milles marins).
Carte des États, territoires et dépendances d'Océanie selon le schéma géométrique courant (qui ne figure pas des frontières réelles).
États indépendants Pays ou territoires non indépendants, à statut spécial ou largement autonomes

Ce tableau se réfère à la représentation géométrique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Synthèse des mouvements migratoires anciens en Océanie.
L'Océanie coloniale en 1900.

Le peuplement de l'Océanie s'est fait à travers deux grandes vagues migratoires. La première s'est produite il y a 45 000 à 50 000 ans, voire davantage, et a amené des chasseurs-cueilleurs à peupler l'Insulinde puis l'Océanie proche, c'est-à-dire la Nouvelle-Guinée, certaines îles de la Mélanésie et l'Australie. La seconde vague est plus récente et débute il y a environ 4 000 ans. Elle mène des agriculteurs et navigateurs parlant des langues austronésiennes à peupler l'Insulinde, soit les Philippines, la Malaisie et l'Indonésie et de là, sur une période allant de cette époque au XVIe siècle, les divers archipels de l'Océanie lointaine.

C'est aussi au tout début du XVIe siècle que les Européens découvrent le monde océanien. Ces premiers contacts sont lents car ils s'étalent sur quatre siècles, inégalement répartis car ils sont plus intenses à l'est qu'à l'ouest de l'Océanie. Les rencontres peuvent être amicales, distantes ou hostiles, mais toutes répandent dans les archipels des épidémies contre lesquelles les insulaires n'avaient pas encore d'anticorps.

L'Océanie est ensuite confrontée à la période coloniale, l'Espagne, le Portugal et les Pays-Bas étant les premiers présents. De la fin du XVIIIe siècle au début du XXe siècle ce sont principalement les Britanniques, les Français et les Nord-Américains qui s'implantent et, dans l'ouest de l'Océanie, les Allemands suivis par les Japonais puis par les Nord-Américains. La décolonisation qui va suivre va être tardive, ayant débuté en 1962 et continuant encore de nos jours sous la forme de processus d'autonomisation des archipels encore rattachés à des puissances européennes ou nord-américaines.

Économie[modifier | modifier le code]

L'Australie et la Nouvelle-Zélande[modifier | modifier le code]

L'Australie et la Nouvelle-Zélande sont les seules nations indépendantes hautement développées de la région, bien que l'économie de l'Australie soit de loin la plus grande et la plus dominante de la région et l'une des plus importantes au monde. La Nouvelle-Calédonie, Hawaï et la Polynésie française sont également très développées mais ne sont pas des États souverains. Le PIB par habitant de l'Australie est supérieur à celui du Royaume-Uni, du Canada, de l'Allemagne et de la France en termes de parité de pouvoir d'achat. La Nouvelle-Zélande est également l'une des économies les plus mondialisées et dépend fortement du commerce international.

L'Australian Securities Exchange à Sydney est la plus grande bourse d'Australie et du Pacifique Sud. La Nouvelle-Zélande est la 53e économie nationale au monde mesurée par le produit intérieur brut (PIB) nominal et la 68e au monde mesuré par la parité de pouvoir d'achat (PPA). En 2012, l'Australie était la 12e économie nationale en termes de PIB nominal et la 19e en termes de PIB ajusté en fonction de la PPA.

L'enquête Mercer sur la qualité de vie classe Sydney au dixième rang mondial en termes de qualité de vie, ce qui en fait l'une des villes les plus agréables à vivre.Elle est classée Alpha + World City par GaWC. Melbourne s'est également classée en tête de la liste des villes les plus agréables au monde et est un centre financier de premier plan dans la région Asie-Pacifique. Auckland et Wellington, en Nouvelle-Zélande, sont fréquemment classés parmi les villes les plus vivables du monde, Auckland étant classée 3e selon l'enquête Mercer sur la qualité de vie. La majorité des personnes vivant en Australie et, dans une moindre mesure, en Nouvelle-Zélande travaillent également dans les secteurs minier, électrique et manufacturier. [Citation nécessaire] L'Australie possède la plus grande quantité de fabrication dans la région, produisant des voitures, des équipements électriques, des machines et des vêtements.

Les Îles pacifique[modifier | modifier le code]

L'écrasante majorité des habitants des îles du Pacifique travaillent dans le secteur des services, qui comprend le tourisme, l'éducation et les services financiers. Les plus grands marchés d'exportation de l'Océanie sont le Japon, la Chine, les États-Unis et la Corée du Sud. Les plus petits pays du Pacifique dépendent du commerce avec l'Australie, la Nouvelle-Zélande et les États-Unis pour exporter des marchandises et accéder à d'autres produits. Les accords commerciaux de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande sont connus sous le nom de relations économiques plus étroites. L'Australie et la Nouvelle-Zélande, ainsi que d'autres pays, sont membres de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) et du Sommet de l'Asie de l'Est (EAS), qui pourraient devenir des blocs commerciaux à l'avenir, en particulier l'EAS.

Le principal produit du Pacifique est le coprah ou la noix de coco, mais le bois, le bœuf, l'huile de palme, le cacao, le sucre et le gingembre sont également couramment cultivés dans les tropiques du Pacifique. La pêche constitue une industrie majeure pour de nombreux petits pays du Pacifique, bien que de nombreuses zones de pêche soient exploitées par d'autres pays plus grands, à savoir le Japon. Les ressources naturelles, telles que le plomb, le zinc, le nickel et l'or, sont extraites en Australie et aux Îles Salomon. Les plus grands marchés d'exportation de l'Océanie sont le Japon, la Chine, les États-Unis, l'Inde, la Corée du Sud et l'Union européenne.

Dotées de ressources forestières, minérales et halieutiques, les Fidji sont l'une des économies insulaires du Pacifique les plus développées, bien qu'elles restent un pays en développement doté d'un important secteur d'agriculture de subsistance. L'agriculture représente 18 % du produit intérieur brut, même si elle employait quelque 70 % de la main-d'œuvre en 2001. Les exportations de sucre et l'industrie touristique en pleine croissance sont les principales sources de devises. La transformation de la canne à sucre représente un tiers de l'activité industrielle. Les noix de coco, le gingembre et le coprah sont également importantsL'histoire de l'économie d'Hawaï peut être retracée à travers une succession d'industries dominantes ; bois de santal, la chasse à la baleine, la canne à sucre, l'ananas, l'armée, le tourisme et l'éducation. Les exportations hawaïennes comprennent la nourriture et les vêtements. Ces industries jouent un petit rôle dans l'économie hawaïenne, en raison de la distance de navigation vers les marchés viables, tels que la côte ouest des États-Unis contigus. Les exportations alimentaires de l'État comprennent le café, les noix de macadamia, l'ananas, le bétail, la canne à sucre et le miel.En 2015, Honolulu était classée en tête du classement mondial de l'habitabilité et était également classée comme la 2e ville la plus sûre des États-Unis.

Société[modifier | modifier le code]

Langues[modifier | modifier le code]

Les langues d'Océanie se répartissent en deux groupes distincts :

Certains linguistes vont classer à part les langues parlées sur les côtes orientales de Nouvelle-Guinée, des autres langues du Pacifique insulaire.

En raison de la colonisation, l'anglais et le français sont également deux langues très présentes en Océanie. De ces contacts linguistiques sont nés de nombreux pidgins et créoles utilisées comme langues véhiculaires et devenues dans certains cas les langues maternelles des populations locales[14].

Religions[modifier | modifier le code]

Les religions initiales de l'Océanie étaient polythéistes et, dans leur diversité, s'articulaient généralement autour de trois axes :

  • le culte de divinités créatrices et/ou destructrices, parfois alliées, parfois opposées, liées aux puissances de la nature, comme les sœurs Nā-maka-o-Kahaʻi et Pélé à Hawaii ou Make-make à Rapanui ;
  • le culte des ancêtres, ou culte des tikis, symbolisant pour chaque population ses fondateurs divinisés, dont la forme la plus célèbre est le culte des moaïs de Rapanui ;
  • le monde des esprits émanant de ces deux ensembles mais aussi de la nature et des hommes, et qui générait un complexe système d'obligations, d'échanges, de symboles et de tabous qui réglait la vie de ces populations.

Depuis l'époque coloniale, les missionnaires protestants (anglicans, congrégationnistes anglo-saxons, méthodistes Wesleyens, presbytériens, adventistes, mormons et autres) et catholiques (picpuciens, maristes, spiritains...) y ont introduit le christianisme, aujourd'hui largement majoritaire, tandis que les commerçants chinois et les travailleurs agricoles indiens (aux Fidji) ou japonaisHawaii) ont introduit, minoritairement, le confucianisme, le shintoïsme, l'hindouisme, le bouddhisme et l'islam (1,5 %).

Rites funéraires[modifier | modifier le code]

Pratiques de la momification[modifier | modifier le code]

Malgré des traits communs dans la pratique de la momification en Océanie[15], chaque peuple d’Océanie a mis en place ses propres rites funéraires. Il faut donc prendre en compte cette pratique à l'intérieur du long et complexe processus funéraire. La place du deuil et de la mort doit également être prise en considération. Il ne faut pas généraliser la pratique de la momification à toute l’Océanie car il existe presque autant de rituels funéraires différents que de peuples. Les rites funéraires, dont en fait partie la momification, sont à mettre en corrélation avec tout un ensemble de facteurs sociologiques, culturels, ou encore spirituels.

La momification était courante jusqu’à l’arrivée des missionnaires chrétiens et des prédicateurs musulmans en Papouasie-Nouvelle-Guinée qui ont encouragé les membres de tribus à enterrer les corps[16]. La momification, bien que réprimée par l'Église et les prédicateurs musulmans, a continué à être pratiquée en Papouasie Nouvelle Guinée, comme nous pouvons le voir à travers l’exemple de la tribu des Dani. Dans cette tribu, la pratique du culte des ancêtres est encore d’actualité. L’acte de momification était réservé aux personnages importants du village, comme les aînés et les héros du village. Eli Mabel, le chef de la tribu, ressort tous les ans son ancêtre, Agat Mamete Mabel chef du villagevil y a 250 ans, qui a été embaumé et conservé avec de la fumée et de l'huile animale[16]. Il veut ainsi protéger les traditions papoues, afin que ces dernières ne disparaissent pas pour les générations futures[16]. Le culte des ancêtres implique la vénération des ancêtres à travers leur version momifiée. Les dépouilles reposent dans une hutte appelée honai. C’est une grande hutte au toit de chaume qui est gardée toute l’année par les habitants du village qui s’y relaient pour entretenir le foyer et vérifier la bonne conservation de la momie.

Sport[modifier | modifier le code]

Les sports les plus pratiqués en Océanie sont le rugby, le cricket, le soccer (association football) et le football australien (australian rules football).

Plus grandes agglomérations[modifier | modifier le code]

Les plus grandes agglomérations d'Océanie se trouvent principalement en Australie, le pays le plus peuplé du continent. Voici le classement :

  1. Sydney avec 4,6 millions d'habitants (Australie, 2011)
  2. Melbourne avec 4,2 millions d'habitants (Australie, 2011)
  3. Brisbane avec 2,1 million d'habitants (Australie, 2011)
  4. Perth avec 1,8 million d'habitants (Australie, 2011)
  5. Auckland avec 1,3 million d'habitants (Nouvelle-Zélande, 2012)
  6. Adélaïde avec 1,3 million d'habitants (Australie, 2011)
  7. Honolulu avec 976 372 habitants (Hawaï, États-Unis, 2012)
  8. Gold Coast-Tweed Heads avec 576 747 habitants (Australie, 2011)
  9. Newcastle avec 540 002 habitants (Australie, 2011)
  10. Canberra-Queanbeyan avec 418 292 habitants (Australie, 2011)
  11. Christchurch avec 382 200 habitants (Nouvelle-Zélande, 2012)
  12. Wellington avec 381 900 habitants (Nouvelle-Zélande, 2012)
  13. Suva-Nausori avec 330 000 habitants (Fidji, 2007)
  14. Port-Moresby avec 307 643 habitants (Papouasie-Nouvelle-Guinée, 2009)
  15. Wollongong avec 288 101 habitants (Australie, 2011)
  16. Manokwari avec 286 079 habitants (Papouasie occidentale, Indonésie, 2010)
  17. Sunshine Coast avec 241 643 habitants (Australie, 2011)
  18. Dili avec 234 331 habitants (Timor oriental, 2010)
  19. Jayapura avec 233 859 habitants (Papouasie, Indonésie, 2010)
  20. Hobart avec 216 276 habitants (Australie, 2011)
  21. Hamilton avec 209 300 habitants (Nouvelle-Zélande, 2012)
  22. Hilo avec 189 191 habitants (Hawaï, États-Unis, 2012)
  23. Kota Sorong avec 184 239 habitants (Papouasie occidentale, Indonésie, 2005)
  24. Geelong avec 187 417 habitants (Australie, 2011)
  25. Townsville avec 180 333 habitants (Australie, 2015)
  26. Nouméa avec 179 509 habitants (Nouvelle-Calédonie, France, 2014)
  27. Kahului avec 164 637 habitants (Hawaï, États-Unis, 2015)
  28. Cairns avec 147 993 habitants (Australie, 2015)
  29. Papeete avec 131 715 habitants (Polynésie française, France, 2014)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir par exemple la Société des océanistes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Oceania. The Columbia Encyclopedia, Sixth Edition. 2001-07 » (version du 10 février 2009 sur l'Internet Archive),
  2. (en) « Oceania, n. », sur Oxford English Dictionary (consulté le )
  3. Edme Mentelle, Conrad Malte-Brun, Géographie mathématique, physique et politique des toutes les parties du monde, H. Tardieu-Laporte, vol. 12, 1804, p. 362
  4. Conrad Malte-Brun, Précis de la géographie universelle, t. II, 1810, p. 163
  5. Conrad Malte-Brun, Précis de la géographie universelle, 2e édit, Buisson, 1812
  6. a et b Christian Grataloup, « Continents et océans : le pavage européen du globe », Monde(s), no 3,‎ , p. 240.
  7. Christian Grataloup, L'invention des continents : comment l'Europe a découpé le monde, Larousse, , p. 157.
  8. Christian Grataloup, L'Invention des continents, Larousse, 2009, p. 121
  9. Antheaume B., Bonnemaison J., 1988, Atlas des îles et État du Pacifique Sud, GIP RECLUS/PUBLISUD, Montpellier
  10. (en) Frederica M. Bunge et Melinda W. Cooke, Oceania, a Regional Study, U.S. Government Printing Office, , p. 3.
  11. Serge Tcherkézoff, Polynésie-Mélanésie : l'invention française des races et des régions de l'Océanie, XVIe-XXe siècles, Pirae (Polynésie française), Au vent des îles, , 376 p. (ISBN 978-2-915654-52-3 et 2-915654-52-2).
  12. https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/19/Continents_vide_couleurs.png
  13. (en) Andrew Pawley et Roger Green, « Dating the Dispersal of the Oceanic Languages », Oceanic Linguistics, vol. 12 « Papers of the First International Conference on Comparative Austronesian Linguistics, 1974 », nos 1/2,‎ , p. 1-67 (lire en ligne)
  14. Silva, Diego B., « Language policy in Oceania », Alfa,‎ (lire en ligne)
  15. Utpala Rousselot, Salomé Tudoce, « Momification en Océanie, Projet de fin de semestre », sur wixsite.com, (consulté le )
  16. a b et c Indonésie: des tribus papoues préservent le rite de la momification Portail des Outre-mer La 1ère

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]